Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maria Maïlat
  • Maria Maïlat
  • : site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
  • Contact

Texte Libre

Recherche

28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 13:35

IMG_1775.jpgLa migraine, elle l'attrape dès que son entourage se définit par l' "identité nationale" et ne se lasse pas de répéter en boucle "langue maternelle", "langue étrangère"...Ils veulent se convaincre que les langues sont innées comme les orties, les vers de terre ou pire: une «génération spontanée» collée au biologique ... une grammaire inscrite dans le sang. Elle a la nausée quand elle les voit tourner en rond dans le rituel du sang mélangé à la grammaire. 

 

Quels autres choix donne-t-on aux enfants? Combien d'écoles maternelles ouvrent aux enfants la découverte sans hiérarchie des langues et des cultures? 

 

A six ans, elle est rentrée de l'école en larmes. Chaque enfant a su dire s'il était Allemand, Russe, Roumain, Hongrois, Juif... sauf elle et le petit K qui ne s’exprimait que par des balbutiements et onomatopées. Elle s’est fait vertement disputée par la maîtresse qui invoqua la faute de ses parents.

 "Je suis quoi, moi?" demanda-t-elle à ses père et mère. "A l'école, les enfants se moquent, ils disent que je suis Tzigane!"  

Le père lui répondit en Roumain: «S’ils te disent ça, tu leur diras «oui», tu es Tzigane autant qu’Anglaise, Française, Danoise, Russe, Slovène, Juive, Italienne, Hottentote....» 

Sa mère lui parla en Hongrois. Elle racontait une autre histoire que celle enseignait par les maîtres.

Puis, les deux lui dirent qu'elle avait le droit de choisir sa propre langue et, plus tard, son pays. Choisir une langue qui sera la sienne et personne ne pourra lui interdire de lire, chanter, rêver dans SA langue! Elle voulait en apprendre plusieurs. Ses parents lui ont répondu, "oui, tu peux, mais sache que les langues sont infinies, plus nombreuses que les pays de la planète." 

Pendant une année, elle fit des tours et des détours dans les grammaires et finit par apprendre la langue française. Son choix était dû au hasard. 

Elle aurait pu choisir une autre langue - elle fit le saut vers cette-autre langue. 

 

Désormais, à la maison, chacun parlait sa langue. Et à l'école, elle n'avait plus besoin de justifier son silence quand il fallait répondre d'une langue maternelle: elle laisser le choix aux maîtres, car elle en avait trois, voir une quatrième, celle de sa grand-mère. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Maria Maïlat
commenter cet article

commentaires