Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maria Maïlat
  • Maria Maïlat
  • : site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
  • Contact

Texte Libre

Recherche

3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 12:02

Un enfant placé dans une famille d'accueil. Pendant des années, on dit qu'il est sage, gentil, même si ses résultats scolaires sont médiocres ou mauvais, mais qu'il est "adapté" à la famille d'accueil. Puis, à l'adolescence, on "constate" qu'il "bascule" dans la violence, la crise à répétition. Brusquement, il devient un danger, un cas pathologique pour la famille de l'assistante maternelle, pour l'école, pour les services sociaux. Et on le classe dans les "urgences" et/ou les "incasables". A partir de là, on construit un parcours et un discours de vérité qui situe ses problèmes ou ses difficultés dans son... caractère c'est à dire que l'on enferme l'être même de l'adolescent dans des dispositifs qui le formate jusqu'à le rendre parfaitement adapté à la délinquance et à la pathologie dont il est affublé. La "vérité pathologique" est chevillée à son corps comme s'il venait d'une planète sans culture, sans humanité, sans interactions avec les éducateurs, les instituteurs, les psychologues, les médias, les policiers, etc. Mais pour voiler ce mécanisme de construction de la vérité dans la pathologie, on rajoute un élément pour le moins étonnant: si l'enfant a des "troubles de comportements", c'est parce qu'il a été délaissé par ses parents, parce que son père est en prison ou parce qu'il n'a pas connu son père... biologique. Aucune analyse des actes posés par la famille d'accueil, par les thérapeutes, les enseignants, par tous les professionnels qui ont été en contact quotidien avec ce jeune... Quels sont leurs impacts sur l'enfant pendant les années de prise en charge? Donc, aucune analyse du processus éducatif, des méthodes et du sens éducatif que l'enfant a connu pendant les années de son développement. Donc, le mot même "développement" appliqué à l'enfant est détruit. Et aussi le mot "apprentissage". L'enfant est réduit à une pierre lancée sur un trajectoire qui ne dévie pas de son destin: l'écrasement, l'éclatement, la transformation en simple poussière. Le dogme de la vérité impose donc l'idée que la Cause absolue des troubles se situe à la fois dans le "psychisme" d'un individu (un "psychisme" qui le détermine et qui lui échappe) et dans son origine... biologique. Origine que l'on rattache à des comportements oubliant que nos comportements à nous tous sont le fruit des interactions "ici et maintenant", du contexte, de ce que les autres nous renvoient comme "image de soi" et de ce que l'entourage autorise en terme de possible ou de possibilités. La "vérité" dogmatique du biologique et du pathologique tord les fondements même de notre culture qui a réfléchi sur le devenir, l'éducation, l'apprentissage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Maria Maïlat
commenter cet article

commentaires