Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maria Maïlat
  • Maria Maïlat
  • : site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
  • Contact

Texte Libre

Recherche

20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 23:02

P1050185---Version-3.jpg

La chambre d'hôtel: je la quitte après avoir vérifié que je ne laisse rien derrière moi, aucun oubli, aucun objet, ni trace de mes cheveux dans la salle de bain. Nul déchet ailleurs que dans la poubelle. Après avoir soigneusement effacé mon image du miroir et le sommeil au creux des draps blancs, je claque la porte et avance dans un couloir vertical. J'ai le vertige. La morsure est là, sous la chemise. Elle peut se mettre à saigner. Et que devient alors le noir et blanc de cette géométrie sans faille que j'habite depuis quelques années ? 

La folie est dans le plus minuscule des détails. Je compte sur ce détail. Mais je l'ai oublié dans la chambre d'hôtel. On ne fait pas demi-tour, les pas marquent les secondes en avant, je suis en avance sur mon retard habituel. Ensemble on glisse vers le trou d'un entonnoir. J’aimerais trouver un proverbe rassurant, mais ceux que j’ai gardés de mon enfance parlent de la boue, des vaches, des buses, des herbes folles, des chèvres mortes dans le ravin, des poules, des oeufs sans jaune et de ronces. Ici, la ville cannibale a tout engloutie. Les vieux proverbes m’envoient un seul message de détresse: «Sois joyeuse, ma belle, sois joyeuse.»

Personne ne m’appelle par mon nom. Alors, mon nom se met à me mordre. C’est de ma faute.

Partager cet article

Repost 0
Published by Maria Maïlat
commenter cet article

commentaires

Simone Milhé 29/09/2012 22:13


... mais je trouve ça génial : que ne le montria-tu plus tôt ?

Maria Maïlat 30/12/2012 18:55



Merci, Simone, venant de ton regard (pas toujours tendre, mais juste toujours), cela me touche.


Au plaisir d'échanger encore longtemps avec toi


bonne année 


mm



michelDalmazzo 29/09/2012 19:11


Ce texte est formidable, dans le fond et la forme. Un bel eclair de littérature.