Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maria Maïlat
  • Maria Maïlat
  • : site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
  • Contact

Texte Libre

Recherche

10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 22:26


A 18 ans, mon fils a pris des photos a San Francisco.

Il faut flâner dans cette ville lorsqu'on a 18 ans. Seul.

Ouvrir les yeux et la mémoire. Après, c'est trop tard.

Cet accordéoniste photographié par Aaron est au coin de la rue depuis la mort de Mao.

Aucune raison de penser autrement qu'à travers la musique qu'un seul homme lance contre la dictature.

La langue est musique remplie de silence. Dans les paroles, le sens des mots s'efface pour laisser éclater la vérité de celui qui parle. La vérité est toujours en exil, jamais dans la parole d'un gouvernement ou d'une institution.


La vérité n'est fertile que si elle marche avec celui qui parle de SA vérité.


La vérité se laisse approcher dans la parole dite à la première personne du singulier. Même dans l'aveu d'un meurtrier, d'un criminel, c'est sa parole que l'on prenne davantage en compte, son aveu... cela surpasse toutes les autres prises.


La vérité ne peut pas être une arme qui détruit l'avenir, l'espoir, la promesse faites aux enfants qui ne sont pas des produits biologiques.


Tous les ventres de femmes sont porteurs d'avenir, mais cet avenir ne se situe pas dans leurs ventres. Ni dans le mythe du père biologique.

 

Ce ne sont pas les origines et encore moins le passé qui déterminent l'avenir, mais l'avenir est à venir, il n'est déterminé par aucun autre temps que le sien propre. 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Maria Maïlat
commenter cet article

commentaires