Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maria Maïlat
  • Maria Maïlat
  • : site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
  • Contact

Texte Libre

Recherche

21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 19:09

Chaque jour, je me rappelle des médecins d'Auschwitz et des juristes du troisième Reich. L'industrie, le droit juridique et les sciences se sont attelés à la fabrication de cet ordre-rivé à la race, à l'identité: Ordnung et Ortung.
Par exemple, je tombe sur des étonnants articles qui nous racontent que la nature et les bêtes composent une vaste usine de fabrication de produits: oeufs, virus, défense, colonisation... L'idéologie dominante est la même que du temps où Heidegger et Schmitt adhéraient et alimentaient la "pensée" du Reich. Contrairement à H. Arendt, aujourd'hui, il est difficile de soutenir la thèse de l'absence d'une pensée rattaché à ce régime.

De nos jours, ce langage est devenu banal: il nous abreuve d'un monde calqué sur la logique de l'entreprise... Les médias causent sur la vie des guêpes et des chenilles en les assimilant à des producteurs et des fabricants qui parviennent encore à tirer profit, à tromper leurs clients/ennemis... 

Un langage de colon combiné au jargon de l'industrie nous fait croire que nous sommes en train de pénétrer les mystères du monde, alors que ce "monde" est réduit à la même vision qu'avaient les Surhommes ariens. Le régime binaire de la consommation et de l'exploitation de l'autre comme un bien marchand et aussi comme un ennemi s'est étendu jusqu'aux études génétiques sur les guêpes cataloguées comme des profiteurs "intelligents" des chenilles.

Mine de rien, c'est du langage ordinaire, assimilé par tous. 
Lisez attentivement ceci: “l'insecte trompe les défenses des chenilles qu'elle parasite. Les chercheurs en thérapie génique sont intéressés” (Ouest France du 21 février 2009) : “ Les guêpes parasites savent elles aussi tirer profit d'un virus. Elles pondent leurs oeufs dans des chenilles. Simultanément, elles leur injectent des particules virales qui vont tromper les défenses immunitaires de la chenille et empêcher qu'elles ne détruisent les oeufs.” On dirait que tout ce "monde vivant" est muni d'une intentionalité maléfique mais efficace: l'intentionalité de tromper l'ennemi. On dirait que sur cette planète se résume à un seul royaume où règne la guerre sans merci qui justifie nos propres guerres et destructions devenues des "actes naturels".  Ordnung & Ortung stipulait le régime nazis qui est devenu un fondement de notre conception naturelle de l'Etat (doté d'un Ministère de l'identité nationale et de lutte contre l'immigration qui aurait recueilli sans aucune doute la bénédiction de Hitler).

Ainsi, les chercheurs veulent eux-aussi tirer profit de cette astuce employée par la guêpe! On parle  "lutte biologique", "ancêtre" de la guêpe: on est plongé en plein affabulation socio-raciale. Et puisque la guêpe utilise ce virus pour détruire les défenses de la chenille et la coloniser avec ses oeufs, pourquoi pas l’homme, n’est-ce pas? Le brave professeur X (et l’Ouest France précise au passage qu’il est "Breton") s’emploie à manipuler les virus dans une vaste colonie où la vie et la mort sont conçues comme des mécanismes industriels dont l’homme est le Maître et, bientôt, le seul Créateur. Et si les scientifiques de Hitler auraient utiliser les virus à la place des chambres à gaz? Et si notre système civilisé sans passer par Hitler poursuit d’une façon PURE, la même tradition et courant de pensée que redoutaient Hannah Arendt lorsqu’elle nous mettait en garde de ne pas nous substituer au Maître de la vie et de la mort.
Pourquoi s'encombrer de philosophes, anthropologues et de l'éthique? Heureusement, la science n'a pas à se poser toutes ces questions...

Partager cet article

Repost 0
Published by Maria Maïlat
commenter cet article

commentaires