Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maria Maïlat
  • Maria Maïlat
  • : site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
  • Contact

Texte Libre

Recherche

20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 17:59

Europe est le seul grand mythe de la modernité depuis le XVIII-ème siècle. Il traverse la philosophie, la littérature et le développement des moyens de transports qui relient les capitales.

Mais un terrible scandal caché « ronge » et fissure ce mythe et l’actuelle « Union européenne ». Il est presqu’intouchable. Le mettre en mots est en soi un ... suicide. A ma connaissance, Imre Kertész est le seul qui a eu le courage de le formuler noir sur blanc dans un petit texte qu’il cite au cours d’une conférence qu’il a adonné en 1991 à Budapest : » Une grande ombre noire ».

Ce petit texte n’a pas été traduit en français, ni publié ailleurs que dans une revue (à ma connaissance). Cinq pages portant le titre « La persistance des camps »

Le Prix Nobel de littérature dont les livres ont été refusés et censurés pendant la période de la dictature communiste explique ceci : les camps de concentration et de travail réunis sous le mot Auschwitz visant l’extermination en masse des Juifs est l’acte fondateur de l’Europe unie.

Le plus grand acte fondateur de l’union européenne a été le Holocauste : l’extermination des Juifs - et dans ce sillon l’extermination des Roms et d’autres personnes - qui a été organisée de concert par les Etats et les peuples.

Ce "savoir" occulté est coulé dans les fondations de l’Europe. Il n’y a pas eu un seul pays européen qui n’a pas mis en oeuvre un plan d’extermination ancré dans sa « purification nationale » (mobilisant la masse nationale : les hongrois, les roumains, etc.) et aussi rattaché à une référence fasciste européenne.

La persistance des camps comme mythe profondément fondateur de l’Europe dont nous n’avons pas encore fini de voir les résurgences dans l’histoire à venir, ne se limite pas aux camps d’Auschwitz, de Bergen-Belsen et les autres organisations construites en collaboration par les industries et les puissances européennes. Ces camps constituent un vaste réseau sur tout le territoire de l’Europe, car il existe des camps dans chaque pays européen : en Serbie, en Croatie, en Roumanie, en Bulgarie, en Hongrie, en Slovaquie, chez les Tchèque, en Hollande, en Italie, Norvège, dans l’Union soviétique, sans parler de la Pologne, de la France (et même en Algérie (*), etc.

L’identité de l’Europe est fondée sur une vaste politique et une législation d’exterminations - la chambre à gaz, la Shoah par balle, par la marche forcée, par asphyxie dans les wagons à bestiaux et par le travail-exterminateur. Dans cette "politique européenne" les persécutés ont souffert de faim mais aussi d'humiliation étant traités pire que les animaux. Car ce "programme européen" inclut la déchéance de toute nationalité et de toute place humaine. Les Etats et leurs lois ont légalisé aussi la délation et la haine de l’Autre du moment où cet Autre n'avait plus de papier, plus de logement, plus aucune place sur la Terre nationale-européenne. Et cet Holocauste n’a pas cessé... Et les « commémorations » sont des « paravents » qui cachent piteusement l’incapacité de l’Europe de se construire en mettant en lumière cet acte d’extermination qui fond son existence.

L’Europe n’a jamais agi d’une manière aussi efficace et concertée que lorsqu’il s’est mise à organiser la déchéance humaine, la chasse aux hommes déchus de leur place humaine, privé de nationalité, de biens et de droit dans des Etats qui avaient déclaré l'état d'urgence.

Et comme cette réalité continue de creuser les racines de l’union européenne, l’Europe repose sur cet héritage : la persistance des camps. Ces camps d'élimination de l'autre, d'enfermement de l'autre dans des catégories discriminatoires, n’ont jamais cessé de germer dans ses Etats et ses institutions.

.......

(*) les camps crées par la France :

Argeles
Aurigny
Brens
Drancy
Gurs
Les Milles
Le Vernet
Natzweiler-Struthof (70 camps satellites et kommandos)
Noé
Récébédou
Rieucros
Rivesaltes
Suresnes
Thill
pour ces camps, pas de camps satellites connus
Camps de travail pour juifs créés par le gouvernement de Vichy en Algérie et au Maroc (source: Atlas de la Shoa, Martin Gilbert):
Abadla
Ain el Ourak
Bechar
Berguent
Bogari
Bouarfa
Djelfa
Kenadsa
Meridja
Missour
Tendrara

Partager cet article

Repost 0
Published by Maria Maïlat
commenter cet article

commentaires

ladret julie 22/04/2016 08:13

Maria, ce texte me fait penser à une exposition que j'ai vu au Mons Mémorial Muséum (Belgique) où sont exposées 120 caricatures d'actualité sur le thème "ceci n'est pas l'Europe". Il est fascinant de voir l'universalité du dessin, car même en langue étrangère, entre utopie et actes de l'Europe, la claque est brutale sous le couvert de l'humour... J'admire ces artistes qui en quelques traits savent interpeller la plupart sur notre manque cruel d'humanité, loin des discours pseudo intellectuels sur la préservation de notre vie actuelle... Une exposition à voir...

ladret julie 22/04/2016 09:19

www.monsmemorialmuseum.mons.be, voilà

Mailat 22/04/2016 08:26

Merci Julie, je chercherais sur le net. As-tu un lien à me donner? Bonne journée