Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maria Maïlat
  • Maria Maïlat
  • : site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
  • Contact

Texte Libre

Recherche

16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 10:24

"Les êtres humains deviennent conscients d’eux-mêmes à travers le désir et les esclaves le deviennent à cause de la peur de la mort." C'est ce que Hegel écrit. Ce que je vois autour de moi. Les tueurs de désir sont légions. Ils vont s'acheter un "moi" rien que pour ça. Le "moi" s'achète dans l'imagerie de soi, les vitrines sont pleines de ces produits, les divans et les réseaux sociaux aussi. Chacun s'achète un "moi", c'est obligatoire. Il est destiné à avoir peur de tout. Le désir est difficile à fabriquer, il est un denrée rare. Quelques contrefaçons circulent sur le marché du "moi", par exemple, le désir d'enfant c'est une option obligatoire si le "moi" que vous avez acheté est programmé pour procréer. Il faut en revanche éviter d'adopter, ça fait mauvais genre car pas bio du tout. Le Bio est Dieu. Le "bio-moi" tremble d'avoir un enfant dont la traçabilité est aussi sûre que celle de la viande bien saignante de Larzac.

La mort est le seul produit qui échappe au Bio, en fin de vie. Là, il faut une piqûre ou deux. Il faut l'acte de quelqu'un que l'on nommera pas assassin mais ... Comment? Euthanasiateur? Cette fin-là autorise le "moi" d'exprimer le désir de mourir. Le désir de mourir est mise en scène, petit à petit , il gagne des parts de marché : en réalité, c'est la peur qui infeste et avale le désir. Bientôt, la manipulation de la mort et de la peur sera le seul désir des maîtres. Et la peur augmentera au point qu'il faudrait l'intégrer dans le PIB. La peur ferme l'horizon, personne ne sait plus pourquoi il travaille, pourquoi il va dégommer ses collègues au travail, pourquoi il contribue à l'augmentation des malheurs des autres... Le "moi" est programmé pour absorber la conscience de soi.

Les fins n'existent plus, elles ont été jetées aux oubliettes. Il n'existe que les moyens et la plainte de n'avoir pas assez, jamais assez de moyens! Alors, les "moi" de la peur manifestent leur insatiable besoin de moyens. Tout en se plaignant que l'on consomme trop. Tout en exigeant le changement pour ne rien changer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Maria Maïlat
commenter cet article

commentaires