Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maria Maïlat
  • Maria Maïlat
  • : site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
  • Contact

Texte Libre

Recherche

1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 11:56

Si ton existence est

une mission impossible,

voici une idée pour toi

plus précise que l'impératif de Kant :

tu peux écrire pour les hommes

lire pour les hommes

te taire pour les hommes.

Mais tu ne sais pas

qui sont les hommes.

Les hommes parlent beaucoup

se couchent pleins de rêves

donnent des leçons

érigent tous les jours un tour de verre

un hymne à la jouissance de l'instant

mangent et boivent à leur aise

et disent n'avoir rien fait pour la perte de l'autre.

Leurs sentiments courent après le paradis

perdu entre les étages

dans les trains de nuit du passé et avec eux

la nostalgie, la haine leur collent aux visages

leur assemblage parallèle transforme la jouissance

en pornographie,

leurs râles consensuels remplissent les gares.

Tu écris avec des matériaux rugueux

qui t'arrachent la peau

tes yeux te privent de sommeil

les matériaux t'écorchent les lèvres

t'interdisent d'abandonner la colère

la faim te pousse à marcher beaucoup,

sous tes pieds nus - une étendue d'orties

Les secondes te jettent dans l'urgence

de lundi au samedi et dimanche commence

le seul travail qui est tien : tu écris sans utilité

tu n'as pas eu à te suicider après Auschwitz

Quelqu'un d'autre l'a fait à ta place

sa tasse est vide

le lait noir s'évanouit sous les cailloux

Dimanche

tu te contentes de savoir que tu n'as pas le choix

tu dois suivre l'étroit chemin de l'amande

tu dois affronter les cornes plantées

par la créature à la barbe blanche

entre tes seins de sel sans enfant

dans la chambre où la rencontre devint un verdict.

Pour toi

la réalité ne suffit pas.

La joie libre de tout attache monte

quand tu écris.

La seule façon de poursuivre c'est de publier

la seule façon d'aggraver ton état c'est de publier.

Si tu ne trouves pas un autre trou pour te cacher

les mots te rongeront pire que les vers.

Si tu peux tourner le dos à la page

quitter tout et partir

si ton corps est prêt à rejoindre la montagne

alors, tu es proche de l'éternité

le vent sera ta chanson d'adieu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Maria Maïlat
commenter cet article

commentaires