Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maria Maïlat
  • Maria Maïlat
  • : site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
  • Contact

Texte Libre

Recherche

11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 15:58

" Il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui, et ceux qui croient ou affirment croire, et obligent sous peine de mort leurs semblables à en faire autant."
M
. Yourcenar - l'oeuvre au noir

Bien que trancher, noir sur noir, ces mots de Youcenar me constituent. Mais pas totalement. Je cherche les failles, les fissures qui permettraient non pas un tiède accommodement, un petit jeu de complaisances comme cela se fait sur les réseaux sociaux et dans les cabinets des ministres, mais une sorte de tranquillité vivante pour rendre possible l'acte de "penser semaine autrement qu'aujourd'hui" avec les autres.

Très souvent, je me heurte non as aux dangers mais aux terribles, redoutables lieux communs.

Le lieu commun, par exemple, où l'on tranche comme dans un abattoirs aseptisé la colonne vertébrale reliant "penser" et "agir". La dichotomie stupide opposant "l'intello" et le "prolo",ce grand naïf, l'intuitif qui maquille son agressivité bornée derrière le décor de la fête de l'Huma , sous le déguisement de "bon garçon gentil" ou "fille extra" mais "incompris(e)" qui s'exprime mal mais pese très bien! Et s'il (elle) s'exprime mal c'est la faute à Charlemagne ou à son interlocuteur. Ainsi, lorsqu'on cite un auteur devant ce brave intuitif "prolo", cela est "mal vécu" et on vous oppose aussitôt une formule prêt-à-porter attribuée à Lacan ou à Cohelo et vous recevait en pleine figure l'argument que seule sa propre expérience ou son vécu l'autorise à parler.

Mais lorsque vous évoquez votre expérience de heimatlos dans un autre pays, cela devient un fait exotique, coupé de la réalité française et voilà que "vous ne pouvez pas comprendre les français". Non, ils n'ont rien à avoir avec la maoïsme et le stalinisme qua vous avez connu dans un ancien Pays de l'Est!

Votre "expérience" vaut des prunes.

Comme si la rencontre entre les autochtones (qui se targuent de leur autochonie sur le mode du faux modeste) et les "autres" est frappée d'interdit. "Nous ne parlons pas la même langue" me disait un interlocuteur qui croyait tout savoir en écoutant France Inter, France Culture et en lisant Le Monde avec Le canard enchaîné (et parfois, rarement, Charlie Hebdo) et qui rejetait un débat contradictoire parce que "violent". La violence st devenue une sorte de corde d'étranglement des voix qui s'élèvent pour introduire des nouvelles questions sans lesquelles il est imposable d'avancer vers une autre penser pour demain.

Ma douleur (toute en chair et en os et intellectuelle!) vient du fait que ce sont les "biens-faiseurs" qui croient qu'ils ne croient pas (comme Karamazov) qui forment la couche épaisse sur laquelle surfent les institutions agonisantes et leur modèle national qui engendre une guerre sans merci contre ses propres valeurs et citoyens. L'absence de pensée politique est un réelle problème.

La caricature des valeurs et des croyances de l'Autre ne suffit pas.

Et voilà qu'il va falloir se tourner vers nous-mêmes et interroger ce que nous sommes et ce que nous accueillons dans le NOUS.

Le JE c'est fini, sa puissance de solidarité, sa "charge messianique" (W. Benjamin) a été épuisée le 11 janvier 2015 par le deuil de nombreux gens et surtout par un gouvernement qui a laissé monter en tête de cortège les pires ordures des puissances mondiales dont l'actuel système économique européen a besoin. Les mouvements extrémistes enveloppés dans le discours djiadistes n'est pas notre ennemis. Ils servent pour faire diversion dans un monde où le JE en deuil est déjà prisonnier de ses propres peurs, de ses habitudes consommiéristes, décroché de toute expérience de création de solidarités réelles et de vie sociale, embourbé dans les compulsions de répétition d'un double discours qui nous fait tourner en rond sans demain. Après les lendemains qui chantaient, nous voilà avec la gueule de bois d'un demain qui est à nos portes, dans nos écoles et nos quartiers. "Penser demain autrement" est une urgence nationale.

lire aussi : https://artefa.wordpress.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Maria Maïlat
commenter cet article

commentaires

electricien paris 09/03/2015 09:50

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

plombier paris 15/02/2015 19:59

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement